Selon les médias, après que le ministère irakien du Pétrole a annoncé la signature d’un accord préliminaire avec le ministère français de l’Électricité, la société pétrolière et gazière internationale Total SE, basée en France, construira 1 GW de capacité de production d’énergie solaire photovoltaïque en Irak.

La capacité des centrales solaires est l’un des quatre projets énergétiques que l’Irak espère que Total aidera à construire, et les trois autres sont liés à la construction d’infrastructures pétrolières et gazières. Depuis octobre 2020, les discussions sur ces projets (estimés à 7 milliards de dollars) se poursuivent.

Selon les médias locaux, l’accord a été signé lors d’une visite du PDG de Total, Patrick Pouyanne. Le Conseil des ministres irakien prendra une décision finale sur ces projets sans révéler plus de détails.

L’Iraq cherche à utiliser la technologie solaire photovoltaïque au cœur de son plan d’extension de sa capacité de production d’énergie renouvelable. Bloomberg a rapporté dans son rapport de février 2021 que la déclaration du ministre irakien du Pétrole Ihssan Abdul-Jabbar Ismail a déclaré que l’objectif solaire photovoltaïque du pays était d’atteindre 10 gigawatts d’ici 2030. Cependant, l’Agence internationale de l’énergie (AIE) estime que le pays a le potentiel d’avoir 21 GW de capacité de production d’énergie solaire photovoltaïque d’ici 2030.

Pour Total, cet investissement solaire en Irak (qui peut concerner davantage de régions) s’inscrit dans la stratégie du groupe d’atteindre la neutralité carbone à l’horizon 2050. Il envisage également de changer de nom de Total SE en TotalEnergies pour refléter ses ambitions de développement durable.

Dans d’autres régions du Moyen-Orient, Total construit un projet IPP solaire photovoltaïque Al Kharsaah de 800 mégawatts à Doha, au Qatar, avec la société japonaise Marubeni Corporation.